Des solutions de financements pour former les salariés peu qualifiés

  • Pourquoi former ?
Pour les entreprises de certains secteurs d’activités, où les salariés pas ou peu qualifiés sont représentatifs, il est stratégique de se préoccuper maintenant de leur montée en compétences. Le maintien et l’évolution dans l’emploi des salariés est une obligation à laquelle l’employeur reste soumis sur le plan légal. Ensuite parce qu’il est de son intérêt de disposer de salariés disposant de savoirs de base (expression orale, écrite, calcul, repérage dans le temps et dans l’espace) et de savoirs appliqués (outil informatique, attitude et comportement, rapport à la qualité, sécurité et hygiène, les gestes et postures), quand toutes les organisations de tous secteurs d’activités sont confrontées à des environnements en mutation auxquels il convient nécessairement de s’adapter. Par ailleurs, les obligations sociales associées à la mise en œuvre de l’entretien professionnel issu de la loi du 5 mars 2014 contraignent notamment les entreprises à former 100% des salariés présents au 7/03/2014 d’ici le 7/03/2020. Faute de quoi, elles s’exposeront à des sanctions d’ordre social et financier, fixées par décret pour les entreprises de 50 salariés et plus, de l’ordre de 3000 euros par salarié à temps et 3900 euros par salarié à temps partiel.
  • Comment financer ?
Une solution de financement existe pour former les salariés peu qualifiés pourvu par le Fonds Paritaire de Sécurisation des Parcours Professionnels (FPSPP). En réponse à un appel à projets, ce financement est attribué aux OPCA (organisme paritaire collecteur agréé), qui le rebaptise (Déclicc à l’Agefos, CCSP à l’OPCALIA…), avant de le déployer auprès des entreprises des secteurs d’activités davantage concernés. Il n’y a donc pas un nom commun pour qualifier ce cofinancement dont tous les salariés pas ou peu qualifiés peuvent bénéficier. Ni les organismes de formation, ni les entreprises ne peuvent contacter directement le FPSPP. Il conviendra donc de se rapprocher de l’OPCA dont dépend l’entreprise qui souhaite former ses salariés préalablement identifiés.
  • Que représente le financement ?
Il s’agit d’un cofinancement allant jusqu’à 70% des coûts de formation, diagnostic inclus. Cela signifie qu’il y a nécessairement une contribution au titre du plan de formation, même minime, que l’entreprise doit acquitter auprès de son OPCA. En fonction de son effectif, ce versement volontaire pourra représenter la contrepartie financière de l’entreprise au-delà de sa contribution unique (cf. news financermaformation.com du 01/02/2016). Une évaluation préalable des coûts de l’opération de formation des salariés concernés est donc indispensable. Dans une période où les budgets formation deviennent « contraints », entre les formations réglementaires liées à l’exercice d’un métier, cette solution de financement n’est pas à négliger au regard de l’obligation de former tous les salariés sur une période de 6 ans, réduite à 4 ans désormais pour tous les salariés présents au 7 mars 2014.

Frank SAVANN