La formation digitale comme solution de financement

  • Même si la digitalisation de la formation constitue une mutation technologique qui reste à parfaire sur le plan pédagogique, il faut admettre qu’elle devient un passage obligé pour plusieurs raisons.
 
  • La première raison est d’ordre économique. Comment peut-on exercer pleinement ses droits au titre du Compte Personnel de Formation hors temps de travail, c’est-à-dire sans être soumis à l’acceptation de l’employeur sur le choix de sa voie certifiante, quand l’offre de formation présentielle est pauvre et encore culturellement inadaptée, sauf à quelques rares exceptions dans les grandes métropoles ? Si le marché propose aujourd’hui une offre encore très majoritairement présentielle, il progresse dans sa transformation digitale avec une liste diversifiée de formations qui commence à s’étoffer. Elle devrait permettre à chacun, sous réserve de motivation et d’assiduité, de reprendre l’avantage du choix.
 
  • La deuxième raison est d’ordre financier et organisationnel. La digitalisation, même si elle peut constituer un investissement de départ pour les organismes de formation, elle offre en principe un avantage financier pour les apprenants, voire aussi pour les acheteurs de formation (RRH, Responsable formation). A cela s’ajoutent la réduction des frais de déplacements (pas totalement et heureusement, les regroupements en salle ne sont pas toujours exclus) et la baisse des temps de transport qui peuvent peser sur l’attention malgré, en fin de journée, la surprenante énergie déployée par l’intervenant.
 
  • La troisième raison est d’ordre règlementaire où elle puise sa légitimité, même si globalement les organismes financeurs font montre d’une relative frilosité. On se référera donc au décret n°2014-935 du 20 août 2014 qui en s’adressant aux organismes de formation leur donne les clés financières de leur passage à la digitalisation sur la « mise en œuvre des actions de formation qui se déroulent en tout ou partie à distance et détermination des justificatifs permettant d’établir l’assiduité d’un stagiaire ». Dans « les moyens d’organisation, d’accompagnement ou d’assistance, pédagogique et technique, mis à disposition du stagiaire qui suit une séquence de formation ouverte ou à distance » qui y sont précisés, la formation à distance ne doit pas se résumer pour l’apprenant à une consultation seul(e) de ressources en ligne. L’encadrement pédagogique demeure même s’il est distant sur le plan géographique ou asynchrone.
 
  • En conclusion, salarié, demandeur d’emploi et tout apprenant quel que soit votre statut, si vous ne trouvez pas dans un domaine donné la formation présentielle près de chez vous, offrez-vous le luxe d’étendre vos recherches sur un périmètre géographique plus large en intégrant le critère digital. Et si vous avez besoin de voir par vous-même, les 21, 22 et 23 mars se tient à Paris à la Porte de Versailles l’exposition E-Learning http://www.e-learning-expo.com/.

Frank SAVANN