Livre Blanc sur la Qualité à l’usage des prestataires de formation (1/8)

Prestataires de formation, au 1er janvier 2017, vous devrez vous familiariser avec les 6 critères du décret qualité du 30/06/2015 dont une première interprétation a été réalisée par un collectif d’OPCA / OPACIF. L’enjeu est de taille puisqu’il vous permettra d’obtenir la prise en charge financière des formations que vous réaliserez si vos clients, apprenant ou prescripteur, passent par un intermédiaire financier : l’Etat, les régions, Pôle Emploi, les OPCA / OPACIF, l’Agefiph. Vous êtes très nombreux à vous interroger. En fait, sur près de 50 000 prestataires de formation, vous seriez plus de 90% à ne pas détenir de label ni de certification. Sans exclure bien au contraire les détenteurs d’une certification, c’est à cette majorité que s’adresse ce livre blanc pour vous éclairer et vous préparer aux enjeux du décret Qualité.
  • Choisir entre certification et référencement
En application de la réforme de la formation, 2 options principales s’offrent à l’immense majorité des prestataires de formation :
  • Celle d’investir dans la certification, mais laquelle choisir ? quand ? pourquoi ?
Certes, vous pourriez investir dès maintenant dans une certification et succomber aux sirènes plus nombreuses des organismes certificateurs. Encore faudrait-il savoir ce que valent les certifications, indépendamment de leur inscription prochaine sur la liste du CNEFOP (Conseil national de l’emploi, de la formation et de l’orientation professionnelles). Sur le chantier de la qualité, il incombe au CNEFOP de dresser une liste publique des certifications ou labels qualité qui respectent l’ensemble des critères mentionnés à l’article R. 6316-3 du code du travail. Cette liste étant attendue courant juin, il serait plus sage d’attendre encore quelques semaines. En tant que prestataire de formation, n’oubliez pas que le choix d’investir dans une certification s’inscrit d’abord dans une démarche systémique qui va bien au-delà du décret qualité. Il s’agit d’une démarche volontaire et globale qui intègre des dimensions stratégiques et commerciales, pas uniquement financière au sens réglementaire du terme. Lorsque vous aurez pris en compte cet aspect, les sirènes des organismes certificateurs ne seront plus aussi mélodieuses. Muni de votre boussole, vous reprendrez alors le cap, celui de votre stratégie qui intègre ces autres dimensions que l’approche purement réglementaire : votre structure et son développement, vos besoins et vos moyens, l’évolution de votre marché, la construction de relations durables avec vos clients… Si vous devez entrer dans une démarche qualité avec ce que cela implique en termes d’organisation, il vaut mieux savoir dans quoi vous vous engagez et ce, au-delà du simple prix à payer pour l’obtention du sésame.
  • Celle de se faire référencer par un financeur, mais qu’est-ce que le référencement ?
Portés par leur tête de réseau le FPSPP, les OPCA / OPACIF / FONGECIF ont donc initié une réflexion et produit un premier référentiel qualité dont les indicateurs correspondent à leur analyse des critères du décret. Ce référentiel qualité, commun à chaque financeur, devrait leur permettre individuellement de référencer les prestataires de formation. Comme il s’agit de la première démarche originale à portée nationale, il semblerait judicieux pour un prestataire de formation de commencer à se positionner par rapport à ses indicateurs, même s’il est titulaire d’une certification. En effet, même si dans le « Questions – Réponses » de la DGEFP, il y a « une présomption simple de la capacité du titulaire d’un label ou d’une certification à assurer une formation de qualité », les référentiels des organismes certificateurs, notamment les plus récents, se calquent sur les critères du décret au risque d’être concurrent du référentiel des financeurs… quand ils devraient être complémentaires.
  • Préparez-vous au référencement
Par un diagnostic de vos pratiques de formation, nous tenterons donc de décrypter au fil des articles qui suivront chacun des 6 critères du décret à partir d’indicateurs issus du référentiel des financeurs. L’objectif est de vous préparer très concrètement au référencement, puis pour les plus téméraires à la certification. Vous devriez ainsi mieux appréhender, avant l’été, votre positionnement par rapport aux contraintes et opportunités du décret qualité tout en opérant, le cas échéant, les actions correctives qui s’imposent pour être référencé par les financeurs. Je vous donne donc RDV la semaine prochaine dans un prochain article qui portera sur les indicateurs associés au 1er critère du décret Qualité.

Frank SAVANN